Hong Kong, Chine

Un jour à Hong Kong, avant mon retour à Montréal. Daft Punk dans les oreilles. Je plane.

Une semaine en Chine, ce n’est rien. Et pourtant. J’ai adoré Guangzhou. Des tours par milliers. Du béton partout qui s’érige vers le ciel. Et de la végétation qui vomit de tous les balcons, qui explosent dans toutes les rues. Il a quelque chose de chaotique dans cette ville, une saleté presque rassurante. Et par-dessus tout cette chaleur, cette humidité étouffante que j’adore. Je suis en Chine. Incroyable sentiment d’être là. Rêve d’enfant, réalité d’adulte. La Chine existe pour de vrai, ce n’était pas une histoire pour me faire dormir lorsque j’étais petit.

Guangzhou, Chine

Quelques semaines après mon retour à Montréal, je tombais sur une interview du cinéaste Chinois Jia Zhang-ke.

Extrait : Pendant de longues années, les Chinois n’ont trouvé leur identité que dans le collectif. Nous avions à nous penser comme de simples rouages de l’énorme machine qu’est la nation. Jusqu’à très récemment, l’identité individuelle était peu reconnue, la vie spirituelle très limitée et les divertissements rares et pauvres. Quand les « portes » se sont enfin ouvertes, la première chose à avoir un réel impact a été la musique populaire de Hong-Kong et de Taiwan. Les chansons d’amour nous ont rappelé que nous avions le droit d’aimer. La sous-culture issue de la musique pop stimula le réveil de la conscience individuelle. C’est incroyable mais, dans les années 80, les jeunes étaient encore supposés tenir au courant le Parti de leurs histoires d’amour.

IMG_0263IMG_0176IMG_0180

IMG_0238

IMG_0142

Guangzhou, Chine

Il y a du monde ici. 1 Milliard de Chinois, et plus encore, comme dans ce temple. Au mur, dans le silence qui entoure les pierres, des centaines de photographies. Enfants, vieillards, adultes, multipliés à l’infini. Théâtre des disparus, refuge des morts. A leur pied de la nourriture, apporté, j’imagine, par les vivants pour prendre soin d’eux. Emu par ces photos. Exposition vertigineuse d’histoires individuelles. Le passé qui te regarde dans les yeux, plus concret que la cendre.

 

IMG_0239
No more posts.