Un épilogue  : La grandeur du monde

Fin de cette plongée au Bangladesh. De retour à Delhi pour quelques jours. Je récupère de ma fatigue. Difficile de rebondir après le Bangladesh. Le Bangladesh était si fort, que je n’arrive pas à me remplir d’un nouveau désir de découverte. Les jours défilent. Je profite de faire des siestes dans une chambre ou l’air climatisé fonctionne. Je prépare doucement mon retour à Montréal.

Je n’ai pas de mot assez fort pour décrire l’aventure des dernières semaines. Des portes s’ouvrent. Nombreuses. Mon corps fatigué est allongé sur le lit de l’hôtel. Ma tête est comme un vase vide. Je n’ai plus de questions. Je bois de l’eau avec le même bonheur que si c’était un jus de mangue. L’amour à le goût du miel.

L’ intégralité du voyage est ici : Inde + Bangladesh

Incroyable de penser que dans à peine quatre mois, je serai en Afrique. Hâte de commencer ce nouveau voyage. Très envie d’approfondir cette expérience de dilatation du temps sur une longue durée. Point de départ l’Egypte.  A suivre. 

Lire la suite

Au revoir 

Dhaka. Dans un immeuble en brique quelque part dans la ville. Des rues, nombreuses, pour la plupart défoncées. Nous dormons quelques jours chez la famille de Saleh. Je n’arrive pas à croire que dans dix jours je reviens à Montréal. Sentiment de plénitude. Corps en creux. Hors du temps. Je regarde le père qui fait sa prière dans la noirceur du salon. L’Islam flotte dans l’appartement.

Plus tard, on m’installe une chaise sur le toit de l’immeuble. Le père me parle de tout et de rien avec ses trois mots d’anglais. Je garde en mémoire son sourire d’une extrême douceur. On m’offre des bananes, des ananas.

De retour à mon lit. Les pâles du ventilateur semblent tourner trop vite. Il fait chaud. La pluie ne tombe plus.  Je regarde par la fenêtre. Les immeubles s’étendent à perte de vue.

Au bout de la route

Villages de pêcheurs. Le regard des gens qui nous découvrent est extraordinaire. Curiosité des deux côtés.

L’érosion est impressionnante au Bangladesh. La terre recule. Les arbres s’effondrent. L’eau gagne du terrain. Catastrophe humaine à grande échelle que je vois de mes propres yeux.

DSCF8482.jpg

Lire la suite

No more posts.