Calcutta journal

DSCF6516DSCF6503

Je prends chaque jour mon thé ici. C’est à quelques rues de mon hôtel, dans le quartier Taltala. Il est tenue par cette femme, dont j’ai oublié le nom. J’aime beaucoup la couleur rose fuchsia de ses vêtements. La noirceur de ses cheveux. La délicatesse de ses traits. La sensualité de son sourire. Sa manière de tenir son éventail.

DSCF6480DSCF6479

Un petit temple à quelques mètres de mon hôtel. Des dieux à l’intérieur que je ne connaissais pas. Toujours du monde. Je m’arrête parfois.

DSCF6538-2DSCF6488

21h. Le temps s’écoule. Je suis à Calcutta. Je regarde Capitaine America doublé en bengalis à la télé. Mon ordinateur est dans mon sac. Je ne vais pas beaucoup sur internet depuis quelques jours. Facebook intoxication. Mon estomac va mieux depuis que j’ai changé d’hôtel. J’y prends souvent mes repas. Nourriture de rue = paradis des bactéries. La pluie est journalière. La chaleur supportable. Boulevard de douceur aujourd’hui. Sans raison particulière.

DSCF6558DSCF6564

Mal de ventre récurrent depuis mon arrivée. A travers la grande baie vitrée du restaurant, je regarde le mur ou s’épanouissent d’immenses plantes grimpantes. J’ai à ma table la position un peu minable du gars abattu par la chaleur.

Je regarde le personnel de l’hôtel. Cosmogonie miniature. Derrière le bar, six hommes en pantalons noirs avec chemises et noeuds papillons. Chaussures qui brillent à peu près. Musique lounge en arrière plan. Depuis une heure, les tables sont vides. Il n’y a personne, pas un client. Tableau magnifique. Poétique du vide.

22h. Pluie intense. Je regarde les gardiens de la galaxie en bengalis à la télé.

Minuit. Fatigue courante qui agit dans mes veines comme de l’opium. Battements de paupières. Descente d’un fleuve inconnu. Sentiment d’être sur le radeau d’Aguirre. D’avoir les yeux de Klaus Kinski quand les singes envahissent son embarcation.

Je relis Michel Houellebecq.

Nous roulons lentement au milieu de la Terre. Et nos corps se resserrent dans les coquilles du vide. Au milieu du voyage nos corps sont solidaires. Je veux me rapprocher de ta partie humide.