Dans un tableau du Caravage

L’entrée en gare est impossible à décrire. C’est un tableau du Caravage. Un autre monde. Hallucinant. Une marée humaine indescriptible. 6 heures à arpenter cet enfer en attendant mon train. Un train qui aura du retard, beaucoup de retard et que je ne prendrais finalement pas. Épuisé. Sentant un début de mal de ventre, je ne me sentais pas de passer 4h (ou plus) dans un wagon au allure de monstre, sans pouvoir bouger. L’Inde est parfois si chaotique qu’elle me tétanise. En adoration pourtant devant toute cette beauté. Ces gens. Sensation vertigineuse que tout bouge à une vitesse folle. Fourmilière immense, insensée. Pas de peur, mais parfois un trop plein qui m’assomme. Extase. Overdose. Tu verrais ce qui se lit dans les yeux des gens.

DSCF5343DSCF5344DSCF5358

DSCF5346DSCF5331DSCF5341DSCF5303DSCF5326DSCF5335DSCF5363DSCF5305