Maison 

DSCF5096
Ne pas être arrogant. Ne pas prendre avantage. Regarder et écouter. Tu peux lire le monde dans les yeux des gens comme dans une boule de cristal. Je ne sais pas quoi dire. Je n’ai plus de mots. Tout s’efface à mesure que je marche. J’ai déjà tout dit. Tout écris. J’ai l’air d’une bobine de laine qui se délite. Je me fous de mon apparence. Tête. Corps. Ventre. C’est toujours quand je suis fatigué, que j’aime le mieux.

Dans le hall de mon hôtel, il y a un petit autel dédié à Ganesha. Cérémonie chaque matin. Tintement de cloche. La trompe de Ganesha vient jouer dans mes cheveux. Tintement de cloche bis. Quelqu’un quelque part prend soin de moi. Je me laisse couler dans les mots. Je me laisse couler dans les images. Il n’est pas question de  se montrer plus fort qu’un autre. Pas de prix. Pas de récompense.

Les gens ici n’ont pas besoin de moi. La main sur la peau. La main qui caresse la peau. Je te parle de la main qui berce, qui console, qui reconnait. Hier j’ai croisé une femme avec un enfant dans les bras. Elle lui tenait la tête avec un tissu. J’ai vu du sang sur le visage de l’enfant. Je me suis retourné. Il n’y avait plus personne.
img_5820-1img_5821-1

img_5769img_5734img_5767img_5763img_5754img_5760img_5816-3