Je rentre à la maison

IMG_5022
J-3. Avoir une infection dans un pays tropical n’est pas une bonne idée. Aujourd’hui, je pense rester dans le confort de ma chambre et profiter des soins que j’ai eu hier (et de la climatisation) pour continuer de guérir. J’ai quand même prévu d’aller dire au revoir à Pepey ce week end avant mon vol pour Istanbul. Je suis encore surpris d’avoir tenu ce carnet chaque jour. D’en avoir fait tout au long de ce périple, un geste naturel. Je survole ce carnet et je vois la transformation s’opérer. L’Ethiopie me paraît lointaine et à la fois proche quand je m’y replonge. Extraordinaire aventure que cette parenthèse de quelques mois. Peut-être la plus belle que j’ai pu vivre. Une lente traversée du miroir. Je n’ai pas les mots, mais une chose est sûre, je repars bientôt. Sûrement du côté de l’Inde et de l’Afrique. De beaux projets se dessinent, dont un voyage en plusieurs parties, qui se déroulera sur une longue durée. Cet après midi, je me sens à l’endroit de l’apparition et de la disparition de plusieurs mondes. J’ai reçu un email de mon père aujourd’hui. Les trajets convergent à la manière des lignes complexes du réseau aérien. A la vieille de la fin de cette aventure, je m’agite dans ma chambre comme un papillon de nuit. Voir est une drogue dure. Merci d’avoir pris le temps de passer par ici. A bientôt autour d’un café.

Le carnet complet. 2016, en arc de cercle : Ethiopie, Inde, Myanmar, Malaisie, Philippines