La marche lente

IMG_5207.jpg

9h. Je sors de ma chambre d’hôtel. Aujourd’hui, il fait une chaleur suffocante sur Manille. Pas un nuage. Pas le moindre signe d’orage. Avec mon infection au pied, je ne peux pas marcher très loin. Je tourne autour de mon hôtel. J’ai beaucoup dormi cette nuit. Atos, Kevin, Pepey et les autres me manquent. Je pense retourner les voir aujourd’hui.
13h. Direction chez Pepey. Je marche en penchant. Les gens se demandent ce qui se passe avec moi. Sur le chemin, je passe devant le cercueil blanc. Grand vaisseau mortuaire ouvert sur le ciel. Dans le cadre qui se trouve à côté du cercueil, c’est l’image d’une femme dans la quarantaine. A quelques mètres du mort se trouve une table avec une télévision où une femme et plusieurs enfants regardent un film. Magnifique image. La vie, la mort,  même endroit. 

Avec ma douleur au pied, je ne suis pas resté longtemps. Mais c’est toujours un bonheur d’être en compagnie de Pepey. Une vieille femme voyant l’état de mon pied, me fait signe d’attendre, rentre chez elle (Kevin me dit qu’elle soigne les gens du quartier) et revient avec une bouteille. Elle m’applique de l’huile sur le pied avant de disparaitre de nouveau dans la maison. Et c’est vrai que depuis, mon pied va mieux. 
Post scriptum : Je suis allé à la pharmacie. Je cherchais des pansements ainsi qu’une aiguille pour crever mon abcès. N’ayant pas d’aiguilles en magasin, j’ai eu droit à une seringue.