Manille

La jouissance, n’est que cette infime part de ce que nous sommes parvenus à atteindre. Le reste, l’énormité de ce que nous désirons, reste là, perdu à jamais. Je suis à Manille. Il y a ce chauffeur de taxi qui me propose d’aller voir une fille pour 1500 pesos. J’ai devant moi une des tentacules de la pieuvre. On me parle de plaisir. Je ne vois tourner qu’une grande roue du commerce où se tient abandonnée, de la chair à vendre. Dire oui de la tête et vouloir monter dans une chambre pour tenter d’arracher la misère à la misère est un geste qui se dérobe à toute rationalité. Manille à la réalité tranchante d’une lame de rasoir. Tellement que par manque de place, les gens vivent et dorment dans les cimetières. God is love, moteur chrétien, sont les mots que tu peux lire un peu partout sur les vitres des Jeepneys.

IMG_5122.jpg