Dernière boucle

IMG_4976

J’allais vers toi, j’allais sans fin vers la lumière. Les rayons de tes bras entrouvraient le brouillard. Ce matin, j’ai regardé des images de ce qui se passe actuellement en Syrie. Rome, arène antique. Gout du sucre et gout du sang, même chose. Les prochains jours, dans les montagnes je risque de ne pas avoir beaucoup accès à internet. Récapitulons l’itinéraire des deux prochaines semaines. Dumagueté, Manille. Manille, Banaue. Exploration autour de Banaue. Banaue, Baguio. Baguio, Vigan. Vigan, Manille. Dans le café ou je suis actuellement, il passe en boucle des chansons des années 1990. Sensation ancienne. Tout à l’heure, je mangeais. Une jeune femme est venue s’asseoir à une table proche de la mienne. Elle a déposé son plateau repas, a fermée les yeux et s’est mise à prier tout doucement. C’était beau comme un poème à emporter. Plus tard, dans une église, j’ai vu des gens, les yeux fermés, qui tendaient leurs bras vers le ciel. Je n’étais pas loin d’eux, je ne tendais pas les bras vers le ciel, mais c’était tout comme. Il n’y a pas de brouillard. Il n’y a qu’une musique diffuse, s’insinuant comme un serpent dans l’herbe humide du matin. Une vieille dame entre dans l’hôtel. Plusieurs personnes lui tiennent la main pour l’aider à avancer dans le hall. Je regarde leurs visages. Nous sommes  bien dans la maison des rêves.