A quai

IMG_4908.jpg
Dans deux jours, direction le nord des Philippines. Je prends un vol pour Manille lundi. Et mardi (peut-être plus tard) je pars pour Banaue. 9 heures de bus. L’idée étant d’aller voir les rizières en terrasse de Batad. Je suis à Dumagueté. Ce matin, c’est wifi, chocolat chaud et donuts. Je lis le journal le monde. Ce n’est pas des nouvelles que j’ai devant les yeux, mais un train en flamme. Je dessine de nouvelles cartes. j’imagine des idées d’évasions. Nouveau poumon. Malgrè l’enfer qu’on nous vend en gros titres, je trouve chaque jour le monde un peu plus passionnant. 

 

A l’hôtel ou je reste à quai pour quelques jours, j’ai demandé à la réceptionniste lorsque je suis arrivé si elle se souvenait de moi. Elle m’a répondu qu’elle ne se souvenait de personne. J’ai compris que dans ce genre de place, on faisait table rase. On ferme les yeux sur les gens. Terrain vague.  Ici  tu es réduit à n’être qu’un numéro de chambre. J’ai croisé ce matin une enfant qui dormait au pied d’une église. Je me suis arrêté. Elle a ouvert les yeux, m’a regardé. Je l’ai revu cet après midi qui dormait dans une charrette, une couverture sur le corps. Je me sens bête de ne rien faire. J’en suis réduit à me demander si je vais lui acheter une boite de Donuts.