Quatrième jour à Apo

IMG_4854
Je n’irai pas à l’eau aujourd’hui. C’est la pleine mousson, la pluie écrase tout. Je me suis coupé le pied sur un corail, le premier jour. Avec l’humidité, la petite plaie ne se referme pas. Elle reste ouverte comme un coquillage. Note à moi même : Ne par chercher à me sauver de l’île d‘Apo avant vendredi, même si parfois, j’en ai marre de chier accroupi dans un trou et que l’île semble se rétrécir de jour en jour.

Je suis sur une île. Je vois des familles. Beaucoup d’enfants. C’est fou comme les gens font des enfants. Je passe prendre des cafés. J’entre dans la vie des gens. Besoin par moment de me fermer un peu, de refaire dans ma tête une image de ma famille réelle. Le besoin de me fabriquer une couverture. Aujourd’hui, j’ai le sentiment que je pourrai rentrer à Montréal. Mon panier à provision déborde.

Il y a une femme sur l’Ile que je trouve jolie. Elle a un enfant. Je ne vois pas de mari. Il n’y en a peut-être pas.
IMG_4853.jpg