Inle

IMG_4232

Je reçois cet email ce matin. Un piège à agneaux. Dearly Beloved, my name is Ellen Heuman a dying woman who has decided to donate what i have to you/church. I am 69 years old; I was diagnosed with esophageal cancer some years ago after the death of my husband who has left me everything he owned. My doctors told me i will not live long because of my health, that is why i decided to WILL/donate my money to you for the good work of humanity, to help the motherless, less privilege and also for the assistance of the widows. Here are the Contact details of my lawyer: Name: Tony De Boer. I have notified him about you. I know i don’t know you but i have been directed to do this. I wish you all the best and may the good lord bless you abundantly, and please use the money well and always remember to extend the good work to others. Yours in the Lord. Ellen Heuman. 

Grande fatigue, hier soir. Le moral, bas moyen. Je décide de ne pas rester à l’hôtel et d’aller prendre l’air. Je quitte ma chambre froide. L’air conditionné est sur 16. 16, sang froid. Circuit éteint. Hall d’aéroport. Petite marche qui m’amènera à un vieux monastère ou je suis accueilli par des jeunes moines qui m’offre du thé et une cannette de jus de papaye. L’un d’eux m’amène voir  l’examen des novices à la grande pagode, qui consiste à réciter les prières, sans l’aide du livre. Cérémonie impressionnante. Novices, familles, moines. Je reste pendant un heure au milieu des gens accroupis, des prières, des prosternations.  Je suis bien.

C’est que parfois, je n’ai plus envie de voyager. Et parfois, je voudrais que cela ne s’arrête plus. Je me dis que tout est histoire d’équilibre. C’est simplement accepter les changements d’états. Et ne pas en faire une histoire. Oui, je n’ai plus envie de voyager. Oui je voudrais que cela ne s’arrête plus. Ici, je suis toujours surpris de voir les gens ne pas vraiment réagir quand il se met à pleuvoir. La pluie commence à se mettre à tomber et les gens continuent de marcher sur la route. Quand il pleut, tu ouvres ton parapluie, c’est tout.

A la fête foraine, il y a une immense château gonflable multicolore ou les enfants peuvent sauter  pendant quelques minutes contre 100 Kyats. Tu peux lire en gros sur le fronton du château Happy zone. La vendeuse de ticket est assise sur une chaise. Elle a le visage d’une morte vivante. Je regarde les enfants rebondir sur la musique. La joie est dans l’action. 

Je n’adore pas Inle. Surtout après les aventures extraordinaires de Bagan. J’ai passé un journée sur le lac, mais difficile de sortir du trajet tracé par le boatman. J’ai du annuler certaines stations, car complètement à côté de ce que je cherche. Il voulait m’amener voir les femmes girafes. J’avais juste envie de sauter du bateau pour rejoindre la rive. Pour la première fois depuis le début du voyage, je me  suis senti comme un  con en short et en basket.

IMG_4234.jpg
IMG_4235
IMG_4250