Les mains dans l’eau

IMG_4194.jpg

IMG_4195

Ecrire chaque jour. Prendre le temps d’écrire chaque jour. Prendre au moins une photo chaque jour. Jardinage humain comme dirait Rodrigo Garcia. Avancer quelque part. Avancer. Quand j’arrive dans un nouveau lieu, comme ici à Inle, tout est à refaire. Faut se construire une nouvelle maison temporaire. Se construire de nouveaux sentiers. De nouvelles habitudes. De nouvelles raisons de se perdre. Vu que je ne voyage pas avec un guide papier, cela prend toujours un peu de temps pour figurer ou je suis sur la carte. J’y vais par tâtonnement. Je crois que je vais rester quelques temps ici. Peut-être même que cela sera ma dernière étape avant mon retour à Yangoon. Impossible de tout voir. Mieux vaut creuser au même endroit. J’appelle ça, le syndrome du chercheur d’or.

Cette nuit, j’ai révé à X, M et H. Hologrammes surgissant de la fausse commune de mes souvenirs. La mémoire reconstruit visages et corps à partir de ce qui reste. Image zombie. Image. Dans mon rêve, je volais. C’est tout ce dont je me souviens. Ce rêve est peut-être le fruit de ma proximité avec la fête foraine. Et aux chants Bouddhistes qui résonnent dans la ville. Mon hôtel est pris en sandwich entre un monastère et une pagode. J’imagine que perdu dans mon sommeil, c’est le meilleur des terrains de jeu pour l’inconscient.

Je suis au Golden Empress Hotel. L’hôtel est cher, mais les pancakes à la banane sont excellent. D’ou je suis, je peux voir des novices à vélo et un manguier débordant de fruits.
Je reviens d’un très longue promenade en vélo. J’ai rencontré un garcçon qui m’a proposé de me faire voir son village sur le lac Inle. J’ai dit oui. Il a été question d’argent à la fin, un peu trop à mon gout. A Inle, plus qu’ailleurs l’histoire du commerce se poursuit avec le touriste. Finalement je ne sais pas combien de temps je vais rester au bord du lac. Même si c’est magnifique. A suivre.
IMG_4191.jpg
IMG_4190.jpg
IMG_4193.jpg
IMG_4196.jpg