Nyaungoo

IMG_3929

Je laisse les jeunes, l’écureuil et les deux pigeons et je décide de repasser par ce village grâce auquel j’ai pu accéder à la rivière. A peine ai-je fais dix mètres que l’on m’invite à m’asseoir, à boire et à manger. Une partie des voisins se déplacent. S’en suivront deux heures de rires, de moments fous, simples et surréalistes. Et à la fois d’une tranquille évidence. Personne ne parle anglais. Et c’est tant mieux. Je n’ai pas pris beaucoup de photos pour ne pas donner l’image de quelqu’un qui prend quelque chose, Et prendre une photo peut donner cette impression parfois. Mais ce que j’ai vécu était extraordinaire. C’est beau, tout simplement, de voir quelqu’un te laisser entrer dans sa maison. Te présenter sa femme, ses enfants.   T’offrir à manger. Et de voir toute cette part d’invisible, qu’on appelle l’humanité devenir un peu plus palpable.

En quittant le village sur mon vélo, je croiserai deux chiens en rut sur la route, collés l’un à l’autre, comme pris, dérivant comme un corps Siamois dans cette journée chaude. Décidément la vie ne se repose pas.

IMG_3924IMG_3935