Sous la pluie

Rangoon sous la pluie. Des sourires sur les visages. Des couples qui se tiennent par la main. Une douceur apparente au milieu d’une ville bruyante. Je me laisse le temps d’arriver. Il me faut encore quelques jours pour m’habituer à cette atmosphère Birmane. Surtout après la rudesse Indienne qui marque et pénètre. Depuis que je suis à Rangoon, je n’ai pas pris beaucoup de photos. J’observe. J’attends le moment. Ici il n’est pas rare de voir passer des femmes avec du tanaka sur le visage. Et dans les cheveux, des fleurs. Des vraies. Mythologie vivante.
La gare de Rangoon est un bâtiment fantôme d’une autre époque. C’est de là que j’ai pris le train circulaire aujourd’hui. Celui qui fait le tour de la ville. Trois heures sur des rails à contempler le paysage. J’ai aussi pris mon billet de train pour Mandalay. Je pars dans deux jours. Départ à 15h, arrivée à 5h du matin. A suivre.

IMG_3198

Etrange sensation car restrospectivement même si l’Inde a été difficile, je sens dans mon corps que d’avoir été à Mumbai et à Kolkata a été un expérience extraordinaire. Première marche du podium. J’ai gagné quelque chose d’avoir été là et de l’avoir vécu comme ça. Même chose pour Harar en Ethiopie qui a été violent par moment. Je regarde les photos. Et quelque chose, sans que je puisse l’expliquer, vient me chercher profondément. Je n’ai qu’une envie y retourner.
J’aime quand le chemin est un peu âpre. Depuis quelques jours, je dessine de nouveaux itinéraires dans ma tête. Je me laisse aller à rêver concret.  Se serait excitant par exemple dans un futur proche, de retourner en Inde plus longtemps et de, pourquoi pas, faire une traversée du pays, du nord ouest au sud ouest. Et, pousser le rêve plus loin encore du coté du Sri Lanka, du Népal, du  Bangladesh et même, si le coeur pompe assez fort, du côté de  la ville de Karachi.
J’ai une autre idée d’itinéraire du côté de l’Afrique. Ce serait de remonter l’Afrique de l’est. Du sud au nord, sur plusieurs mois. Malawi, Mozambique, Tanzanie, Zanzibar, Uganda, Kenya, Ethiopie, Egypte. Pourquoi pas pour mes 45 ans. Dans deux ans. Allez.