Une autre journée

IMG_2749

Me revient l’image de cet homme qui dort au milieu du trottoir. Les yeux ouverts. Son corps semble lourd, abandonné à la rue comme un tronc d’arbre. On dirait qu’il ne respire pas.

Aujourd’hui j’ai marché sans direction précise dans les rues de Kolkata. Et c’est toujours un bonheur inépuisable. Je me demande combien de temps je vais encore rester ici. Je ne sais pas si j’ai le courage avec cette chaleur étouffante de faire des grands déplacements en train ou en bus. Comme à chaque fois en Inde, Je me sens plombé par l’inertie. Pas envie de bouger. Je n’avais pas de but précis en venant ici, si ce n’est voir Calcutta. Et j’y suis, complètement. Je sais qu’avec l’Inde, je dois y aller lentement, que c’est une histoire d’amour taillée pour durer sur le long terme. J’y reviendrai toujours. Et toujours plus facilement. Quelque chose me touche profondément ici, qui m’ébranle sans que je saisisse toujours pourquoi. Mais j’ai du mal à bouger. Au contraire de l’Ethiopie ou je trouvais facile de sauter dans un bus  pour une traversée de 10h. Ici, c’est différent. L’expérience du regard est plus aride. Plus brutale, même si je sens beaucoup de douceur et de vulnérabilité d’un côté comme de l’autre.

Ce matin, en allant au marché, on m’a offert un citron. Oui, un citron. Hier des fleurs. Ce n’est rien, mais pour moi dans l’absolu, c’est ce rien qui englobe le tout. Do you know what i mean ?

IMG_2744IMG_2746IMG_2745