Within

IMG_2114

L’intérieur des cafés Ethiopiens. La poétique de la pénombre. Nuit sans fin. Peut-être le mieux serait de ne pas raconter. Peut-être que la réalité du voyage se vit loin des regards. Il ne devrait y avoir de traces que dans la mémoire. Et la mémoire, depuis toujours est une caverne. Il est peut-être temps d’éteindre les lumières et de commencer à voyager en aveugle.

Deux nuits de suite, une personne frappe à ma porte. Une fois à minuit. Une autre fois à 4h du matin. La personne insiste, elle veut entrer dans ma chambre. J’ai beau lui dire, derrière la porte que c’est ma chambre. Rien n’y fait. Et quand la personne ne parle pas Anglais, la difficulté de se faire comprendre augmente. Le problème, c’est qu’il y a deux chambres 302. La 302 A et la 302 B. Et quand le A et le B n’apparait plus sur les portes, c’est le chaos.

J’adore mon expérience ici. L’Afrique est comme un virus qui rentre doucement dans les veines. Je pourrai facilement rester plus longtemps. Légère tristesse de partir. Je sais déjà que je reviendrai. Ce n’est qu’un début.
IMG_2115