Je suis ici

Deux jours de suite, un baba vient s’asseoir à côté de moi avec sa famille. Il insiste pour m’offrir un thé. Ce que j’accepte à chaque fois. Nous restons en silence l’un à côté de l’autre. Pas un mot, pas un regard. Puis il finit par partir comme il est venu, avec un grand sourire. Fin de l’histoire.

IMG_0755IMG_0994

IMG_9746IMG_0761IMG_0919IMG_0985Beaucoup d’indiens pissent et chient dans la rue. L’autre jour, je prenais un Chai, confortablement assis sur un banc de bois, quand un homme s’est accroupi à un mètre de moi, pour chier. C’est comme ça. Depuis mon arrivée à Varanasi, je fais attention à ce que je mange, car ici, il est très facile d’attraper un parasite. Et s’il s’installe dans ton ventre, c’est la fête dans tes intestins. Tu deviens un robinet à merde pour quelques jours. Retour direct à la case nature. Cela te rappelle, si tu l’avais oublié, qu’ici, tu es un animal comme les autres.

Fragile civilisation, ici, la nature ne se fait jamais oublier. D’ailleurs hier, je marchais tranquillement dans la rue, quand un singe a sauté sur une ligne à haute tension. Coupure brutale des circuits électriques. Décharge sonore. J’ai vu les fils spaghettis de l’électricité Indienne, faire des étincelles. Je ne sais pas si le singe est mort, mais de mon côté j’ai eu la peur de ma vie.